Nicolas Ferré, avocat associé, Claisse & Associés : « L’objectif est de constituer une équipe de choc capable d’apporter un accompagnement de haut niveau en droit public économique »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Nicolas Ferré qui vient de rejoindre Claisse & Associés en tant qu'associé afin de renforcer la pratique construction et marchés publics/privés de travaux.  

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Claisse & Associés ?

Je crois que dans un monde qui change, la profession d’avocat doit aujourd’hui évoluer : être plus souple dans ses modalités de fonctionnement et plus diversifiée dans sa façon d’accompagner les clients. Je suis aussi convaincu que nos cabinets doivent devenir de vraies entreprises, et non pas la juxtaposition de PME. Cette approche constitue l’ADN de Claisse & Associés, premier cabinet à avoir adopté une raison d’être. Je me suis donc pleinement retrouvé dans ce projet. J’y rejoins, du reste, Jehan Béjot, associé chez Claisse & Associés, que j’ai connu lorsque j’étais jeune avocat.  

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après mes études de droit, dont les dernières années au sein de l’Université Paris II Assas, j’ai exercé chez UGGC Avocats, où j’ai franchi les différentes étapes, de stagiaire jusqu’à avocat of councel. Publiciste de formation, j’ai orienté mon activité vers le droit public économique et, plus particulièrement, les contrats publics. Convaincu que le contentieux nourrit le conseil, ma robe n’est jamais loin. Après dix années au sein du même cabinet, j’ai souhaité aujourd’hui franchir une nouvelle étape.  

Qui vous a le plus influencé votre carrière ?

Comme avocat, on construit son identité, au fil du temps, en empruntant à ceux que l’on côtoie au quotidien, confrères notamment, et en s’enrichissant de belles rencontres, en particulier avec les clients. Il est donc délicat d’identifier une personne en particulier. J’ai « pioché », ici une certaine façon de plaider, là une certaine façon d’appréhender et de traiter un dossier. De Jehan Béjot, c’est la rigueur du raisonnement juridique qui m’a le plus marqué et que je m’efforce d’appliquer.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Mon meilleur souvenir est nécessairement dans une salle d’audience, étant convaincu que le contentieux est l’essence même du métier d’avocat. Il se trouve probablement du côté de Saint-Denis de la Réunion lors d’une audience de référé précontractuel relative à la nouvelle route du littoral, dossier aux multiples enjeux.

Qui conseillez-vous ?

Les clients que j’accompagne sont aussi bien des entreprises que des personnes publiques, telles que des établissements publics de l’Etat. Je les conseille tant dans la définition et la mise en œuvre de stratégies contentieuses, l’ingénierie contractuelle, l’assistance juridique à maîtrise d’ouvrage (AJMO), la prévention des risques de recours et l’accompagnement dans le cadre de processus de règlement amiable des différends, le traitement des réclamations que la formation opérationnelle et professionnelle.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

L’objectif est de constituer une équipe de choc capable d’apporter un accompagnement de haut niveau en droit public économique. Le projet que nous avons bâti consiste notamment à conforter et structurer l’offre de Claisse & Associés en matière d’exécution des contrats publics, en particulier en ce qui concerne la construction, puisque c’est en ce domaine que les principaux enjeux – notamment en cette période de crise sanitaire, mais aussi dans la perspective de la reprise – se concentrent.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier 

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.