Stéphane Gasne, Associé, DS Avocats : « DS doit être une alternative évidente aux cabinets anglo-saxons pour les grands projets des groupes français »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interviewé Stéphane Gasne, qui vient de rejoindre le cabinet DS Avocats en qualité d'associé pour renforcer le département Energie/Infrastructure/Projets du cabinet. 

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre DS Avocats ?

Pour une clientèle en grands projets exigeante et soucieuse d’un appui qui va au-delà des compétences traditionnellement offertes par les cabinets internationaux (construction, corporate et financement), DS est un excellent choix.

Le cabinet dispose des meilleurs experts dans les domaines connexes que sont notamment le droit de l’environnement, le droit douanier, la fiscalité indirecte et prix de transfert.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai démarré chez Gide en 2004, à Paris puis en Chine sur des projets d’investissements industriels. De retour à Paris, j’ai travaillé sur le développement et le financement de projet, d’abord chez Gide puis en entreprise au sein du groupe Bouygues et en banques de développement (AFD et EADB). Je suis redevenu avocat en 2015, associé chez Pinsent Masons, à Londres et Paris.

Je conseille en financement, acquisition et développement de projets d’énergies et d’infrastructures.

J’assiste aussi mes clients en phase d’exécution, de gestion contractuelle et en règlement des différends (contentieux et arbitrages de construction).

Qui vous a le plus influencé votre carrière ?

J’ai eu la chance de débuter auprès d’un grand avocat en financement de projet qui accompagnait l’industrie française dans les projets internationaux les plus ambitieux et les plus complexes, agrégeant les meilleures expertises avec un souci constant d’excellence.

Ces dernières années, j’ai aussi beaucoup appris sur la structuration de la dette et des fonds propres avec mes collègues financiers en entreprise et en banque.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Les négociations finales sont parfois l’occasion de former des amitiés et de vivre des expériences surprenantes. Je pense par exemple à une partie de ping-pong avec un directeur d’usine dans la zone industrielle de Tianjin au milieu de la nuit, après avoir arraché un accord sur une clause âprement débattue, ou à un closing finalisé alors que le jour se levait sur le mont Baker et la baie de Vancouver.

Qui conseillez-vous ?

Parmi les clients que j’ai récemment conseillés on trouve par exemple les établissements financiers IFC et GuarantCo, les fonds d’infrastructures John Laing et Aberdeen Standard Investments et des entreprises générales et développeurs tels que Vinci, Bouygues, Eiffage, RTE, EDF, Engie, Deme ou Voltalia.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

DS est présent à l’international depuis sa création, aujourd’hui implanté dans 13 pays, et dispose de toutes les expertises-clefs pour le développement, l’acquisition et le financement de projets.

DS doit être une alternative évidente aux cabinets anglo-saxons pour les grands projets des groupes français en France et à l’international.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier) 

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.