CEDH : la police peut-elle conserver indéfiniment nos données personnelles ?

Affaires internationales
Outils
TAILLE DU TEXTE

La conservation indéfinie du profil ADN, des empreintes digitales et de la photographie d’un homme condamné pour une infraction routière par la police d'Irlande du Nord constitue une atteinte disproportionnée au droit au respect de sa vie privée.

Un automobiliste britannique a été arrêté en Irlande du Nord pour conduite en état d’ivresse, infraction emportant inscription dans les fichiers de la police. Conduit au commissariat, il a été soumis à un prélèvement d’haleine qui s'est révélé positif. Les policiers l'ont également pris en photo, relevé ses empreintes digitales et procédé à un prélèvement d’ADN. Ayant plaidé coupable, il a été condamné au paiement d’une amende et s'est vu interdire de conduire pendant 12 mois. Sa condamnation a été rayée de son casier judiciaire cinq (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.