Éric Dupond-Moretti : « Je serai le garde des Sceaux du dialogue et j'accepterai la contradiction dont j'ai toujours été le fervent défenseur »

Institutions
TAILLE DU TEXTE

A l'occasion de la passation de pouvoir avec Nicole Belloubet mardi 7 juillet, le nouveau ministre de la Justice a affiché sa volonté de rassembler la « famille judiciaire » et s'est dit ouvert au dialogue.

Dès les premiers mots de son discours, Eric Dupond-Moretti a souhaité apaiser les tensions avec les magistrats« ce n’est pas le ministère de la guerre, même si j’ai cru entendre ces mots, mais celui des libertés », a t-il affirmé. « J’ai rencontré de très grands magistrats devant qui j’ai eu l'honneur de plaider. Je les respecte, j'entretiens avec eux des rapports d'amitié. Ils sont humains, indépendants, gourmands du contradictoire. De ces femmes et de ces hommes qui, en quelques mots, vous réconcilient avec l'idée même de justice, « une chaleur de l'âme », disait Albert CAMUS », a-t-il poursuivi.
De même, « il a souhaité adresser un message bienveillant à toute la famille judiciaire : magistrats, greffiers, membres des professions réglementées dont je recevrai tous les représentants. Je serai le garde des Sceaux du dialogue et j'accepterai la contradiction dont j'ai toujours été le fervent défenseur.»

Indépendance de la justice

Le garde des Sceaux a ensuite détaillé sa feuille de route en précisant vouloir « garder le meilleur et changer le pire ».

En ce qui concerne l'indépendance de la justice, le ministre a indiqué qu'il « souhaite être le garde des Sceaux qui portera enfin, lors d'un congrès, la réforme du parquet tant attendue. Je veillerai à ce que les enquêtes préliminaires restent préliminaires et ne soient pas éternelles, comme c’est, hélas, parfois le cas. Je vais demander à la Direction des affaires criminelles et des grâces de me faire des propositions en ce sens. Il convient de trouver un juste équilibre entre l'efficacité de l'enquête et le principe du contradictoire sans lequel la justice n'est rien. Je souhaite également que nous travaillions ensemble sur la présomption d'innocence et le secret de l'enquête ». Il souhaite également associer des journalistes à ces réflexions parce que « la justice ne se rend pas dans la rue, ni sur les réseaux sociaux, ni dans les médias ».

Eric Dupond-Moretti entend non seulement poursuivre l'action de Nicole Belloubet sur la PMA, le parquet européen, la réforme de l'ordonnance de 1945 mais aussi restaurer le secret professionnel des avocats.

Enfin, le garde des Sceaux a évoqué la condition pénitentiaire, il a dit penser aux prisonniers, « à leurs conditions de vie inhumaines et dégradantes » ainsi qu'aux personnels de l'administration pénitentiaire à qui il a assuré son « indéfectible soutien » et réservé sa première visite de ministre à Fresnes. 

Arnaud Dumourier (@adumourier)

L'annuaire du Monde du Droit