Le notaire et la mauvaise foi contractuelle du vendeur

Immobilier / Construction
Outils
TAILLE DU TEXTE

L'obligation contractée solidairement envers le créancier se divise de plein droit entre les débiteurs, qui n'en sont tenus entre eux que chacun pour sa part et portion.

Par acte authentique dressé par notaire, un propriétaire a vendu son appartement. Faisant état de la découverte d'une infestation de mérule dans l'immeuble, l’acquéreur et ses enfants ont assigné le vendeur en résolution de la vente et indemnisation de leurs préjudices. Pour rejeter la demande en garantie du notaire contre le vendeur, la cour d’appel de Rennes a retenu que la mauvaise foi contractuelle de celui-ci n'était pas à l'origine de son propre manquement mais en était une conséquence. Ce raisonnement est invalidé par la Cour de cassation.Dans un arrêt du 26 novembre 2020 (pourvoi n° 17-16.556), elle indique qu’aux (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.