Privilège du prêteur de deniers d'un co-indivisaire : responsabilité notariale

Sûretés
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le notaire n'a pas accompli les formalités nécessaires à la mise en place des sûretés qui garantissent l’exécution des actes accomplis par lui : du fait de l’inscription du privilège de prêteur de deniers sur la seule part d'un indivisaire, la banque ne pouvait exercer son droit de poursuite sur l’immeuble indivis.  

Deux personnes ont acquis un ensemble immobilier, en indivision pour la nue-propriété, à concurrence respectivement de 38 % et 62 %, et en tontine pour l’usufruit. L'une des deux, artisan, a financé l’acquisition de sa part au moyen d’un prêt bancaire garanti par un privilège de prêteur de deniers, inscrit par le notaire sur sa seule quote-part. Celui-ci ayant été placé en liquidation judiciaire, la banque, après avoir déclaré sa créance, a assigné d’une part les (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.